«La ferme de l’Envol » à Brétigny-sur-Orge et Plessis-Pâté

0 Comments

«La ferme de l’Envol » à Brétigny-sur-Orge et Plessis-Pâté

« Le bio s’ouvre à vous », est le slogan choisit pour mettre en valeur ce projet d’agriculture bio urbaine. Situé sur les communes de Brétigny-sur-Orge et Plessis-Pâté, cela représente 61 ha. Un projet innovant en remplacement de l’ancienne base aérienne 217. L’objectif ? Nourrir 10 % d’habitants de Cœur d’Essonne Agglomération.

Ainsi, ‘’le projet Sésame’’,dont fait parti la ferme de l’Envol, vise à l’éco responsabilité pour les 21 communes membres. Pour cela, le projet se scinde entre création et reconversion d’exploitations existantes au bio. La start-up Alancienne fondée par Paul Charlent en 2016 est très connue dans plusieurs villes françaises. Par sa contribution, les villes du 91 peuvent s’appuyer sur la start-up pour la vente des produits bios et frais.

Le quartier de la Grande Borne plus vert, rentabilise son espace Bonne nouvelle pour la Grande Borne, quartier souvent associé à une image dévalorisante, voit la naissance d’un projet novateur « Green Borne ». Depuis maintenant 4 ans, la Start-up Mercy Raymond travaille sur l’image éco responsable du quartier de la Grande Borne. En effet, les projets de végétalisation et de création d’espaces agricoles fleurissent sur un espace passé de maraîchers qui trouvera sa place dans l’urbain.

Ainsi, c’est sur 10500 m² entre fermes, serres et parcelles, que se développera une agriculture de qualité. Comptant sur la coopération des habitants et la commune, Mercy Raymond répondra aux attentes socio-économiques et environnementales du quartier.
Morangis, une approche réconciliatrice en urbanisme et agriculture en ville Tandis que les autres communes visent une association végétation et agriculture, Morangis élargi son projet à la création d’un « Ensemble agri-urbain ». Étant lauréate du concours ‘’Inventons la Métropole du Grand Paris’’ 2017, elle compte dynamiser 137 hectares de son espace communale.

Ainsi, Le projet immobilier « Ressources Toit », permettra à plusieurs familles d’être logées. Au sein de 59 logements neufs, les familles profiteront d’espaces agricoles sur 7780 m², gérés par une entreprise d’insertion. Un regard d’avenir bio à grand pas en Essonne L’Essonne peut, par conséquent, compter sur la naissance diverses communes de projets de fermes urbaines. Ces dernières visent à nourrir, créer de l’emploi et revaloriser les espaces communaux.
Ces communes peuvent compter sur le soutien des habitants, des start-up très engagées, ainsi que des autorités locales. Des projets comme ceux-ci, il y en aura d’avantage pour plus de villes essonniennes.

Un département orienté et très engagé vers un dynamique positive de valorisation de ses espaces entre urbain et activités agricoles.

Categories:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *